Fly VS Jerk

Pour ceux qui connaissent, cet article ne va pas tourner autour de cette fameuse compétition suédoise où l'on suit des cinglés comme Niklaus Bauer et compagnie pêcher le brochet par équipe, au leurre ou à la mouche.

L'idée de cet article m'est venue à l'esprit, car je me suis récemment retrouvé dans une situation qui m'a rappelé le principe de Fly VS Jerk, qui est de comparer l'efficacité des mouches et des leurres.

Pour ma part, ce sera dans un autre registre, car c'est en rivière que cela se passe, sur l'Areuse plus précisément. Avec les chaleurs de début juin et les orages qui les accompagnent, je ne voulais pas rater ces petites crues éclair et leurs décrues tout aussi rapides, synonyme de poissons plus actifs, stimulés par les mouvements d'eau.

J'ai alors réussi à me libérer un après-midi, et c'est à cette occasion que j'ai pu confronter la pêche au lancer et la nymphe au bouchon, l'un après l'autre. Plutôt par hasard en fait. Par habitude, je pars rarement à la pêche sans avoir un plan de secours, et avec ce débit d'eau, toutes les pêches sont possibles. J'ai donc prévu de pêcher au lancer, et particulièrement aux poissons-nageurs, mais j'ai aussi pris le nécessaire pour pouvoir installer un montage nymphe si les poissons ne se laissaient pas tenter par mes leurres.

En conséquence, j'ai choisi une canne de 2m10, de puissance 5-15 grammes, et un exage 1000 garni de 100m de nylon 18% orangé (il m'arrive de pêcher en tresse, mais le parcours que j'avais prévu de faire ne nécessite pas de longs lancers, et donc l'élasticité du nylon serait plutôt un atout qu'un handicap). Le montage lancer est simple, corps de ligne en 18% fluo pour bien visualiser la zone de nage du leurre, un bas de ligne de 1m en fluoro 18% relié par un tout petit émerillon baril. Avec une eau tintée, la discrétion est largement suffisante en 18 centième, et ce diamètre laisse un peu plus de liberté en cas de gros poissons et de forts courants.

Pour vous donner quelques détails, la rivière était d'un débit de plus de 10m3 au début de la pêche, et de 6.8 m3 lorsque j'ai plié la canne. En gros, j'étais dans le pique de la décrue, avec une eau grisâtre, typique des pluies d'orage. Un ciel légèrement ensoleillé puis couvert, une température de 27 degrés, tout était au rendez-vous pour faire une belle pêche et sortir quelques jolies mouchetées.



Avant d'attraper mon sac et d'enfiler mes cuissardes qui font tant rire mes potes, je profite de confectionner quelques nymphes casquées, histoire de partir avec des nymphes en état, et ce sont mes favorites lors des décrues. Voilà le modèle que vais utiliser, plus qu'à écraser l'ardillon et c'est prêt ! 


Jerk


Il est 14 heures, j'ai décidé de commencer la pêche dans une partie accidentée, et comme prévu, j'attaque au lancer, avec un poisson-nageur illex squirrel SP de 6 cm. Personnellement, je préfère les coloris naturels, mais dès que l'eau est piquée, tout fonctionne bien.


J'écrase les ardillons et go !

Ça débute bien, au deuxième lancer, le premier poisson est mis au sec.


La pêche commence fort, je tombe sur des poissons très actifs et agressifs. J'anime mon leurre avec une nage rapide et saccadée, en faisant des twitchs assez amples du bout de la canne. Les attaques sont franches, d'ailleurs la plupart des poissons de ferrent d'eux-mêmes. De belles farios sauvages, aux robes variées.


Une végétation verdoyante, des passages escarpés, une rivière au niveau idéal, des poissons qui répondent présents, c'est un vrai plaisir de pêcher dans ces conditions !


Les touches s'enchaînent, et je finis même par sortir le montage d'un pêcheur au toc qui s'était pris dans le fond.


Dans la poche et on y retourne !


Après environ 1h30 de pêche et plusieurs jolies farios mises au sec, je remarque que les attaques se font rares, et que les poissons ne semblent plus autant réceptifs à mon leurre. Je décide de changer de taille et de nage, alors j'installe un Lucky Craft b'freeze de 4.8 cm que je vais animer par des petits mouvements de canne, plus lentement qu'avant. Peut-être qu'un leurre faisant presque la taille des alevins de l'année pourra les tenter !


Le changement semble concluant, les touches reprennent.


Le PS fonctionne bien et même les toutes petites se laissent tenter.


C'est maintenant le Lucky Craft qui les laisse indifférentes. J'essaie de persévérer un moment, mais plus une touche, plus un suivi. Je réalise que bizarrement, il n'y a pas eu d'attaque de gros poisson, malgré de très bonnes conditions. Les beaux sujets ne sont pas en chasse. Jusque-là, j'aurai pris 16 truites de toutes tailles, allant d'une douzaine de centimètres jusqu'à une bonne trentaine de centimètres.

C'est le moment d'essayer quelque chose d'autre.


Fly

Puisque j'ai le nécessaire avec moi, je décide de changer complètement de pêche. Je me retrouve alors à pêcher à la nymphe avec une canne de 2m10! Autant dire que ce n'est pas idéal pour lancer et guider un montage léger dans les bonnes veines d'eau. Mais vu le niveau d'eau, c'est largement jouable.
Le montage pour la nymphe est aussi relativement simple. Un bas de ligne en 14% (encore une fois, avec  une eau teintée, autant jouer la sécurité) de 2m relié par un nœud au le corps de ligne, avec le bouchon sur le bas de ligne pour éviter que mon nylon de couleur ne touche l'eau. Je mets un bouchon de 1.2 gramme, pour avoir une plombée légère, étalée et discrète. Le premier plomb est à 20 cm de la nymphe, qui est elle-même déjà bien lestée lors de la confection, et qui coule donc rapidement, sans l'aide des plombs.

Le montage est fini. Y'a plus qu'à !

La première ne s'est pas fait attendre! Quelques lancers dans un beau courant et hop, pendu !


Je constate que les truites filtrent le courant proche du fond. Je ne sais pas pourquoi elles ne sont plus sensibles à mes leurres... Bref, j'insiste avec ma nymphe sur chaque spots, et les résultats sont à la clé !


Les combats sont totalement différents à la nymphe, et les truites ont l'air pleines d'énergie une fois ferrées sur le bord des lèvres! Elles n'ont plus cette tendance à tourner sur elles-mêmes en donnant de violents coups de gueule lors du combat comme aux leurres. Logiquement, les poissons pêchés sont bien moins abîmés par un hameçon simple que par deux triples, même sans ardillon. Cela influence probablement leur défense lors du combat. Après réflexion, j'aurais dû mettre des hameçons simples sur mes poissons-nageurs pour ménager la gueule des truites lorsqu'elles sont si voraces et éviter de les blesser. Et croyez-moi, je ne décroche pas plus de poissons lorsque je change d'hameçons !

Piercing maison ;)


J'arrive ensuite sur un tronçon plus calme de la rivière, ou les dérives sont plus délicates à contrôler. Je refais un montage avec le premier plomb à 25 cm, d'une part car la nymphe n'a pas besoin d'être maintenue au fonds avec des courants plus amortis, et d'autre part parce que j'aime bien animer ma nymphe par petites tirées. Et pour que ce soit efficace, les plombs doivent être étalés, de petite taille, et éloignés de la nymphe. Avec cette méthode, je fais la première truite correcte, 35 cm, elle aussi piquée sur le bord de la gueule.


 Selfie-fish :)


Comme les autres, elle retournera dans son trou !

Encouragé par ce joli poisson, je continue de pêcher encore un moment. Il est maintenant 20h, et j'aborde un beau courant cassé par un gros bloc erratique qui redirige le courant sur le flanc droit de la rivière. Je fais quelques lancers en aval de ce rocher, et je repère en amont ce qui m'a semblé être une truite passant sur une grosse pierre plus claire sur le fond. Ça n'a pas l'air énorme, mais j'essaie. Je lance 4 mètres en amont pour que le montage lui arrive dessus naturellement et correctement présenté. Le bouchon coule, je ferre. Je m'attendais à un poisson de taille normale, mais je sens directement du poids sur la ligne. Des gros coups de gueule, le frein qui commence à travailler. Je me mets en aval et j'essaie d'éviter que ma truite aille se caler sous un rocher ou dans le tronc qui traverse la rivière derrière moi. Je la ramène gentiment, et je la fais glisser sur ma main, dans l'eau, de façon à ne pas la surprendre ni l'effrayer, et éviter de la faire repartir de plus belle.

Enfin un beau poisson! Eh oui, cette année les autres belles que j'aurai ferrées auront gagné nos duels. Ce sera la plus grosse truite de l'après-midi, 45 cm qui me permettra de finir en beauté. Un poisson puissant, à la belle robe mouchetée.


Fly VS Jerk


Sur le chemin du retour, sourire aux lèvres, je repense à cette belle sortie au bord de l'eau, et du comportement de nos belles farios. J'ai commencé par prendre beaucoup de poissons au lancer, j'ai dû ensuite changer de nage pour qu'elles rester mordeuses, puis elles se sont calées sur le fonds, et j'ai du passer à la nymphe pour continuer à toucher du fish. C'est pour cela que je prends toujours un back-up avec moi. Ça me laisse la chance de m'adapter et de continuer à prendre du poisson.

 Au final, je peux dire que dans mon cas, le lancer a moins bien fonctionné que la nymphe, qui m'aura permis de prendre plus de poissons, donc deux jolis sur la fin de journée. Décidément, comprendre la raison qui influence la tenue et le comportement des truites dans la rivière n'est pas une science exacte. Pourquoi se sont-elles calées sur le fonds? Changement de température, de luminosité, baisse progressive du niveau d'eau, il est toujours difficile de comprendre le comportement de ces dames! C'est aussi ce qui fait la magie de notre passion et qui nous pousse à y retourner, encore et encore !
 

D'ailleurs, peu de temps après cette belle sortie, j'y suis retourné pour un coup du soir. Au lancer après un gros orage, qui aura donné 18 mm d'eau ! Ce qui a fait monter le niveau et teinté l'eau en quelques dizaines de minutes.

Il est 19h30 cette fois, et je reprends le même matériel, avec un montage similaire, et je recommence avec un illex squirrel SP 61. Après environ 30 minutes de pêche, je n'ai pas eu la moindre prise, et je n'ai vu que de petits poissons suivre mon leurre.  

Je change de leurre pour essayer quelque chose de différent, mais cette fois je mets un PS plus massif, qui fait de grosses vibrations et qui évolue prés du fond. Je monte un Lucky Craft Staysee de 8cm, pour que les poissons aient de la facilité à le repérer dans une eau grise. 

J'arrive ensuite dans une partie plus accidenté, et c'est après de nombreux lancers que j'ai enfin la première touche. Je sens tout de suite que le poids sur la ligne n'est pas celui d'une petite, avec de gros coups de tête et des départs nerveux en direction d'un rocher près de la chute en amont du poste. C'est un beau poisson, et le premier de la sortie. Après un joli combat dans un poste magnifique, et un superbe saut de plus de 50 cm au dessus de l'eau, je mets au sec mon deuxième joli poisson de l'année, un magnifique mâle de 50 cm tout rond, massif et trapu.


Cette sortie aura valu la peine de se mouiller un peu, car j'aurai par la suite sorti de nombreuses truites, dont trois poissons de 35+, dont cette jolie mouchetée de presque 40.


Pas de doute, les poissons sont de sortie! C'est l'obscurité qui me forcera à mettre un terme à cette belle soirée de pêche, que je terminerai sur un bilan une nouvelle fois très positif !

Au plaisir de vous croiser au bord de l'eau.    :)

Malik